S'identifier - Contact

Les petites choses

Monsieur Bricolage et fils

"Laisse-moi tranquille !" dit l'Amoureux à Crapouillot. C'est que quand le père sort ses outils, les deux petits se collent littéralement à lui pour regarder ce qui se passe... "Parfois, je veux bien que tu sois avec moi, mais là, j'ai besoin de calme pour réfléchir !" dit l'Amoureux, un auto-radio mal en point dans la main. "J'ai aussi besoin d'espace pour voir ce que je fais", ajoute-il, en poussant Crapouillot penché entre lui et l'objet.

"Bon, alors je t'emprunte cet outil et aussi celui-là !", déclare le fils en guise de demande. Le père reste la bouche ouverte... "L'autre jour, je lui ai demandé de se trouver une occupation à faire tout seul parce qu'il s'ennuyait et il a trouvé le babyfoot à démonter et à remonter", j'explique. "Il fait aussi la même chose avec les chaises !" L'Amoureux me regarde avec l'air "intelligent" qu'il aime prendre quand il blague :"Bah oui, faut bien qu'il s'amuse !"
 

Deux minutes plus tard, la tentation est trop forte. L'héritier est de retour dans les pattes du père, suivi de la Chouette qui n'est pas souvent en reste quand l'Amoureux est dans les parages. Lui qui voulait de la tranquilité... Il me regarde et je hausse les épaules. "Des abeilles sur un pot de miel", je dis.

L'Amoureux s'énerve un peu, Crapouillot pose plein de questions, la Chouette tripote les outils. Du coup, il lance un ultimatum à son fils : "Soit tu restes là sans causer pour que je puisse réfléchir, soit tu t'en vas !" Crapouillot fait la moue mais regarde. La Chouette, qui sent le chaud, préfère partir un peu plus loin.

"55 secondes !" je dis, quand Crapouillot ouvre la bouche. Il me regarde l'air interrogateur. "Tu as tenu 55 secondes sans dire un mot !" Heureusement que le boulot est fini. "On va le remonter dans la voiture ?" demande l'Amoureux.

Crapouillot court chercher ses chaussures et crie à son père : "De toutes façons, quand tu fais du bricolage, ne t'inquiète pas, j'ai toujours envie de t'aider !" L'Amoureux me regarde en souriant et conclut : "Je sais ! C'est bien ça le problème !"

le 07.02.09 à 13:08 dans Chouinette, Crapouillot, la Chouette et Cie - Lu 2194 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

J'étais comme ça aussi avec mon père. Je voulais toujours bricoler avec lui

Aude - 07.02.09 à 16:00 - # - Répondre -

A Aude

Et tu as gardé une relation soudée ?

lespetiteschoses - 07.02.09 à 16:31 - # - Répondre -

On appelle cela un billet d'anthologie ! ;-)
On s'y voit et c'est jubilatoire.

Didier - 08.02.09 à 16:29 - # - Répondre -

A Didier

Ah, chez vous aussi vous faites dans le pot de colle ?

lespetiteschoses - 09.02.09 à 11:11 - # - Répondre -

Re: A Didier

Non, pas vraiment ;-) Le bricolage et moi, si tu savais...
Mais je voyais bien l'amoureux chercher à se concentrer avec la glue autour de lui ;-)

Didier - 09.02.09 à 17:25 - # - Répondre -

A Didier

LES glues !

lespetiteschoses - 09.02.09 à 19:15 - # - Répondre -

Chez moi, ça ne risque pas d'arriver: mon homme est allergique au mot "bricolage"!!!

Stéphanie du Sud - 08.02.09 à 22:33 - # - Répondre -

A Stéphanie du Sud

Que ton homme se méfie ! Je suis sûre que ça marche aussi pour tout un tas d'autres choses (cuisine, par exemple) !

lespetiteschoses - 09.02.09 à 11:12 - # - Répondre -

Lien croisé

Le canard du coin : "la pauvreté en France, qui se compte et se discute (dispute ?), avec un oeil sur l'observatoire des inégalitésOù il est question du sommeil de ses dames, que je me suis dit en le lisant, j'ai la même à la maison, du côté de Sur la toile.Où il est question de paternité, et de bricolage, du côté des grandes petites choses.Un magnifique texte sur les choses, et celles qui se taisent, du côté de la revue des ressources.D'une pierre deux coups, chez Claudio. Où il est question d'adaptation"

Anonyme - 14.02.09 à 16:35 - # - Répondre -

Commenter l'article